Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Charlie Denis, restaurateur : “J’ai perdu 45 kg grâce au jeûne intermittent”

Charlie se confie avec naturel, comme à son habitude « J’étais gros, mais sans complexe, j’ai décidé de perdre du poids pour pouvoir m’habiller avec des sapes sympas et aussi pour ma santé. »

Alors que beaucoup d’entre vous se sont laissés aller pendant la période de confinement, Charlie a décidé de perdre du poids. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix il faisait 135 kg : « Je suis un gourmand et je compense mon stress en mangeant, avec la période de confinement je n’étais plus stressé et j’avais beaucoup de choses à faire chez moi, alors c’était facile de ne faire qu’un repas par jour. » Début avril, Charlie s’est documenté sur les règles du jeûne intermittent, depuis il s’y tient avec un seul repas le soir, équilibré et complet en fibres, en protéines. Il s’est mis à marcher tous les matins alors que les sorties étaient limitées : « je ne sais pas si c’est parce que nous ne pouvions plus sortir, mais moi je marchais deux heures tous les matins. J’ai tout de suite remarqué les bienfaits sur mon corps. Comme j’étais en surpoids, je ne pouvais pas courir cela me faisait mal aux genoux. » Charlie a retrouvé de l’énergie, il n’est plus essoufflé et beaucoup moins fatigué : « le dimanche, après le déjeuner, je faisais systématiquement une sieste. Ce n’est plus le cas. »

Et il a aussi utilisé l’appli Yuka, pour éviter certains produits industriels dont la composition n’est pas saine. Maintenant, il apprécie surtout de pouvoir s’habiller sans être contraint par sa taille de pantalon. « Le regard des femmes a changé sur moi, mais pour autant, je ne me prends pas pour un sex-symbole. Ma femme, elle s’inquiétait plus pour ma santé et pour le mauvais exemple que je pouvais donner aux enfants, mais elle ne m’a jamais demandé de maigrir pour les apparences. »

Marie-Zélie Cupillard

(Visited 75 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.