Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Charlotte Grodet, styliste

Dessinatrice, illustratrice, Charlotte est aussi fondatrice de la marque et de la boutique Les Gens Heureux (où elle propose d’autres marques que la sienne), ouverte il y a dix ans à Olivet.

Problématique : Le premier mois du confinement, Charlotte, qui avait dû cesser son activité et mettre sa salariée au chômage partiel, était en « état de sidération ». Vendre sur Internet, puisqu’elle a un site ? « Je n’avais pas l’esprit à cela », convient-elle. Mais quand un deuxième mois de confinement s’est dessiné, « je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose ».

Solutions : En passant par les réseaux sociaux, Charlotte a pu exposer des sélections et monter un petit service de livraison à domicile. Un succès : les commandes ont afflué. « Cela m’a bien aidée à traverser la crise tout en gardant le contact avec les clientes. » Mais notre interlocutrice n’a pas l’intention de poursuivre cette expérience-là : « Je préfère le contact direct. » Justement : depuis la réouverture des lieux physiques, le 11 mai, les clientes répondent présent. De nombreux mails émanant de la Chambre des métiers et autres institutions ont informé Charlotte des recommandations à suivre (nettoyage des poignées de porte toutes les trois heures, etc.). Et comme tous les professionnels, elle a mis en place des mesures : nombre limité de personnes en boutique, port du masque, mise en quarantaine des vêtements une fois qu’ils ont été essayés, gel à disposition. « Ce n’est pas très compliqué ; il y a un flux régulier, jamais plein de gens en même temps. »

Et après ? Charlotte défendait déjà des marques « made in France » ou « in Europe » et avait organisé un corner avec des produits fabriqués en France, mais la crise l’a renforcée dans cette optique, dans son désir de participer au changement. Davantage de local, d’éco-responsabilité !

Sébastien Drouet

(Visited 51 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.