Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Cultiver le gingembre

Gingembre-Edith

Les vertus antiémétiques et anti-inflammatoires du gingembre peuvent être d’un précieux secours pendant la période des fêtes. Les jardiniers noceurs ont donc tout intérêt à s’intéresser à cette plante exotique facile à cultiver en pot.
Benoit Charbonneau

L’image que l’on a du gingembre, plante exotique dont la racine constitue une épice typique de la cuisine asiatique, fait souvent oublier que l’on peut facilement le cultiver en intérieur. Cette nouvelle surprenante est bonne à entendre en cette période de réveillons dont les repas festifs provoquent parfois des lendemains difficiles. Car, outre son intérêt culinaire et ses vertus nutritionnelles, le gingembre apaise les maux de tête et les nausées. Quant à ses qualités supposées aphrodisiaques, elles feront de lui la plante verte idéale des chambres à coucher.

Tout dans la racine

Le gingembre, tel qu’on le trouve dans le commerce sous forme de rhizomes charnus, est la variété officinale « Zingiber officinale ». Originaire d’Asie, il est aujourd’hui cultivé dans de nombreux pays tropicaux. Riche en minéraux dont le magnésium ou le phosphore, il contient aussi plusieurs types de vitamines B et C. Ses propriétés antiémétiques en font un précieux recours contre les nausées et les vomissements, ainsi que le mal de mer ou des voyages. Il est également très utile pour faciliter la digestion et lutter contre les troubles intestinaux. Enfin, c’est un anti-inflammatoire puissant, qui apaise les maux de tête, les douleurs musculaires et qui contribue à atténuer les symptômes du rhume et de la grippe.

Bienvenue dans nos intérieurs

Comme toutes les plantes tropicales, le gingembre peut être cultivé en plante d’intérieur.
De croissance rapide, il émet des tiges feuillues qui peuvent atteindre plus d’un mètre cinquante et dont l’aspect rappelle un peu celui du bambou. La floraison, assez rare, est étonnante car les fleurs apparaissent sur des tiges courtes au pied de la plante, sous la forme de fleurs agréablement parfumées qui ressemblent, après maturation, à des pommes de pin. Vivace, la plante jaunit puis fane en fin de saison.

Se procurer du gingembre

Si l’on trouve des racines de gingembre prêtes à planter dans le commerce, le plus simple et le moins cher consiste sans doute à se rendre dans un magasin d’alimentation, bio de préférence, et d’y acheter un rhizome alimentaire. Choisissez-le charnu, ferme et non ridé. Les petites protubérances qui naissent sur le tubercule sont le signe de bourgeons d’où émergeront les nouvelles pousses.

La mise en place

Dans un pot suffisamment large pour permettre le développement des rhizomes, placez au fond un lit de gravier afin d’éviter la stagnation de l’eau. De même, utilisez un terreau ordinaire que vous mélangerez à parts égales avec du sable de rivière pour le rendre drainant. Placez le rhizome à plat sur le substrat et recouvrez-le d’un ou deux centimètres de terreau. Arrosez doucement et maintenez une humidité légère. Au bout de quelques semaines, les premières pousses devraient apparaître. Installez alors la plante dans un endroit lumineux, entre 20 et 25 °C.

Culture et récolte

Après l’apparition des premières feuilles, procédez à des arrosages fréquents accompagnés d’une pulvérisation du feuillage pour maintenir un air humide propice à la croissance. La récolte peut se faire dès 5 à 6 mois, pour obtenir un goût plus citronné et moins piquant, mais c’est en fin de végétation, après le jaunissement et la mort des tiges, que les racines sont le plus gorgées de sève. Dégagez une partie des racines et coupez-la proprement. Elles se conserveront environ 3 semaines au réfrigérateur et 6 mois au congélateur. Les rhizomes laissés en terre repartiront l’année suivante.

Le cousin rustique

Il existe une variété de gingembre qui résiste à des températures de – 15 °C et qui peut donc être installée en extérieur. C’est le gingembre mioga (Zingiber mioga), très prisé au Japon.

(Visited 136 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.