Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Estelle Micheau : une soprane à l’opéra rock

estelle-micheau-soprane-opera-rock

estelle-micheau-soprane-opera-rockContrairement à ce que la télé-réalité veut nous faire croire, la vie d’artiste n’est pas seulement faite de paillettes et de lumière. Line-Camille ne sort jamais sans Sue, agrippée à son épaule. Haut en couleur, ultra glamour et un brin rock’n’roll. Contrairement à ce que la téléréalité veut nous faire croire, la vie d’artiste n’est pas seulement faite de paillettes et de lumière.

Estelle Micheau en est la preuve vivante. Sa carrière s’est construite à force de travail jusqu’à l’amener à être choisie pour incarner La Cavalieri, dans la comédie musicale de Dove Attia : Mozart, l’opéra rock.
Consécration pour cette soprane de 32 ans, originaire d’Orléans, formée au conservatoire de la ville où elle obtient ses prix de chant et de musique de chambre à l’unanimité en 2007.

Être chanteuse lyrique n’implique pas qu’un travail sur la voix. « C’est difficile de quantifier mon travail quotidien car ça ne me quitte jamais », avoue Estelle. Vocalises, mémorisation du texte et de la musique, recherches sur le rôle pour s’imprégner de l’univers du compositeur, esprit constamment en alerte pour découvrir des styles musicaux différents… En somme, « pas vraiment de break ! » admet Estelle.
Complément indispensable à ce travail de chaque instant, une hygiène de vie irréprochable : « Sur scène, on ne peut pas être à moitié de ses capacités. Pour y être au top, il faut savoir s’économiser à côté ! »

Une tournée de cinq mois

D‘Orléans, la cantatrice dit n’avoir « que de bons souvenirs » : « J’y ai grandi, je m’y suis épanouie. C’est une agglomération à taille humaine où je me sens entourée, même si je n’ai pas pu beaucoup m’y rendre dernièrement. »
Car, depuis février, la troupe de Mozart, l’opéra rock sillonne la France pour une tournée de 90 dates ! Elle ne passera malheureusement pas par Orléans, la scène du Zénith n’étant pas dimensionnée pour accueillir les décors du spectacle… « C’est un gros regret. Je suis très déçue de ne pas passer par ma ville », soupire Estelle.
À défaut de pouvoir aller l’applaudir sur scène dans la cité de Jeanne d’Arc, sachez que la tournée se clôturera sur trois concerts à Paris Bercy les 8, 9 et 10 juillet prochains.

Le portrait chinois
> Si j’étais un souvenir d’enfance : ma rencontre avec Juliette Gréco à l’occasion d’un récital de ses chansons organisé par l’école de musique de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

> Si j’étais un quartier d’Orléans : le quartier Cathédrale pour le conservatoire d’Orléans où j’ai passé de si bons moments.

> Si j’étais un magasin : la boutique bio des Halles Châtelet.

> Si j’étais un lieu de promenade : les bords de Loire réaménagés.

> Si j’étais un opéra : les Dialogues des carmélites de Francis Poulenc.

(Visited 562 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.