Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Guillaume Durand Le miel en héritage

Guillaume n’a pas le bourdon ! Son truc, c’est le miel et les abeilles. Après des années de business pour faire son beurre, chez France Boisson puis dans l’immobilier, il a pris la suite de ses grands-parents apiculteurs.

Il hérite de deux cents ruches qu’il entretient pendant sept ans avant de se lancer dans l’apiculture. « Je cherchais une niche pour créer mon business et finalement j’ai pris les ruches. Rien à voir avec le stress de mes activités précédentes : je suis en communion avec les abeilles, il faut être zen. » Chaque année, il faut renouveler certaines ruches qui s’éteignent. Guillaume travaille avec les pompiers ; c’est lui qui vient débarrasser les essaims sauvages des particuliers, chaque essaim venant ensuite peupler une ruche.

Un apiculteur qui innove

Loin de suivre la tradition familiale qui consistait à vendre du miel en vrac pour faire de l’assemblage, Guillaume propose du miel d’appellation : « J’ai fait l’inverse de mon grand-père.Je mise sur la traçabilité : le miel de Chambord, du parc Floral… Cela permet de ne pas chauffer et d’obtenir des saveurs uniques. Je choisis des sites protégés qui ne subissent pas de traitement, je fais aussi de la pollinisation avec des agriculteurs et cela donne du miel de carottes. »
Autre innovation : des ruches d’entreprises. Guillaume les place sur site, les entretient et la récolte va à l’entreprise qui peut consommer et offrir du miel à son nom issu de ses propres ruches. Un vrai succès ! « Je fournis des ruches clef en main, je deviens métayer. » C’est le cas sur le toit d’une mutuelle boulevard Jean Jaurès ou, encore, au Parc floral. « C’est un investissement sur l’avenir car les abeilles sont menacées », souligne Guillaume.
Enfin, troisième innovation : un soda à base de miel, de ginseng et de gelée royale – sept ans de réflexion – pour donner naissance au Bee. Le 8 mai 2010, la recette fut officiellement déposée. Depuis, Lapicole, c’est le nom de la société créée par Guillaume, a rencontré L’Abeille, un embouteilleur basé à Cholet : ça ne s’invente pas ! Vous pouvez désormais déguster le Bee au naturel ou en cocktail, les miels et la bière Johannique Blanche (rachetée par Guillaume), qui vient d’obtenir une médaille d’or au Concours général agricole de Paris 2010, au Bar Bee, qui a ouvert en décembre dernier aux Halles Châtelet.

(Visited 512 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.