Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Jean-Paul Imbault cultive ses passions

Il se promène de boutures en vieilles voitures, et voue une passion sans borne aux orgues.

Natif d’Yvoy-le-Marron, Jean-Paul Imbault entretint les fleurs dès son plus jeune âge. Mais son rêve était tout autre : il voulait devenir musicien depuis le temps où, bercé par les rythmes de l’orgue de la paroisse, il participait aux messes du dimanche : « J’étais enfant de chœur, c’est cela qui a déclenché ma vocation. Dès l’âge de sept ans j’apprenais le solfège puis l’orgue, tous les dimanches après-midi. »
Les parents de Jean-Paul en ont décidé autrement, eux qui voulaient un métier solide pour leur fils. C’est en 1963 que le jeune homme rejoint l’école d’horticulture de la Mouillère : « Le monde des plantes est fascinant, on y apprend chaque jour quelque chose, même après quarante ans de métier. » Grâce à son travail, il a côtoyé des princes, des rois, des célébrités du spectacles : Gérard Depardieu, le roi d’Arabie, Rosalie Delon… Aujourd’hui retraité, il continue de se rendre quotidiennement à l’école de la Mouillère, où il a son bureau au titre de président de la Saint-Fiacre.
De vocation en passions
Il est tombé dans le monde associatif en 1972, à son retour du service militaire chez les chasseurs alpins : « J’ai été marqué par cette camaraderie et cette solidarité, leur philosophie m’a donné le goût du monde associatif. » Jean-Paul Imbault est un hyperactif et il n’a pas attendu l’âge de la retraite pour cela. Il s’investit chaque année pour organiser la Saint-Fiacre, collectionne les voitures anciennes et plus particulièrement les Citroën, ce qui lui fera rénover un modèle de 1929 qu’il expose à l’occasion de salons.
Mais si on lui parle du bel orgue baroque de Saint-Marceau, on ne peut plus l’arrêter ! En 1988, il décide de constituer une association afin de redonner un orgue à Saint-Marceau. Il lui faudra beaucoup d’audace, d’imagination et de ténacité pour décrocher les subventions publiques et privées, après 13 ans d’acharnement et 500 000 euros récoltés. L’ organiste liturgique qu’il est peut régulièrement jouer sur l’orgue baroque installé à l’église de son quartier.
En 1982, il fera ses premiers pas à Antenne 2, dans l’émission « Messieurs les Jurés ». Les acteurs, séduits par son savoir-faire, restent en contact avec lui pour qu’il aménage leur jardin. Repéré dans la presse spécialisée sur monde horticole, il est contacté par France 2 pour intervenir dans la rubrique jardinage de « Télé-Matin », aux côtés de Philippe Colignon. Puis c’est sur les ondes de France Bleu Orléans qu’il anime une plage jardinage hebdomadaire, et plus récemment dans nos pages. Son secret pour collectionner toutes ses passions ? « Il faut s’organiser et ne jamais rien remettre au lendemain ! »

Bio express
1968 Meilleur ouvrier de France en horticulture
1997 Achat de sa première voiture de collection, une Citroën C4 Torpédo
de 1929
2001 Arrivée de l’orgue à Saint-Marceau
2007 Première émission enregistrée pour « Télé-Matin »

(Visited 1 875 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.