Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

La méthode de Pascale

Il y a quatre ans, Pascale Merchin inaugurait English for kids, un atelier d’anglais musical et ludique. Une structure qu’elle a entièrement imaginée, et qui accueille aujourd’hui 150 enfants de 12 mois à 12 ans.

 

Son parcours

Avant de créer English for kids, Pascale était mère au foyer. Mais avant cette période qui a duré 15 ans, elle avait décroché un DESS de langues étrangères à la Sorbonne, après une année de licence passée outre-Manche, à Bath. Une fois ses trois enfants bien partis dans leurs études, Pascale a décidé de se lancer. « On peut démarrer un projet à 40 ans », assure-t-elle.

Son déclic

En fait, c’est un bilan de compétences qui lui a permis d’y voir plus clair : « Au départ, parlant anglais, espagnol et russe, je voulais monter un projet touristique. Mais Pôle Emploi m’a demandé de faire auparavant un bilan de compétences. » Un bilan au cours duquel elle a mis en lumière les acquis obtenus en tant que mère au foyer : gestion, éducation, psychologie… Au fi nal, elle a réuni ses deux passions : l’anglais et l’éducation. « J’ai appris l’anglais avec les chansons, dit-elle. Je m’en suis inspirée pour créer ma propre méthode. »

Les obstacles

Pascale ne mentionne pas de difficulté particulière, seulement un doute au moment de prendre son envol : est-ce que le public allait être intéressé par sa formule d’apprentissage de l’anglais à travers le jeu et la chanson ?

Les aides

La fondatrice d’English for kids a tenu à suivre une formation destinée aux enseignants de primaire, assurée par le British Council, à Paris. « C’est le top de l’enseignement », se réjouit-elle. Pascale a ensuite été aidée par la CCI, puis par l’Association pour le Droit à l’Initiative Économique (ADIE), laquelle lui a fourni un suivi de la part d’un comptable et un prêt. Sinon, beaucoup de système D et d’échanges de compétences par le biais des réseaux professionnels.

LES +

Le sentiment d’apporter quelque chose, de « provoquer », dans le bon sens du terme. « C’est moteur au niveau de l’apprentissage, ça se répand, ça se diffuse », se félicite Pascale, satisfaite de créer en totale liberté et de faire avancer les idées dans un domaine qui la passionne.

LES –

Le sacrifice du samedi, les séances, conduites par elle et trois personnes anglophones, ayant généralement lieu ce jour-là et le mercredi : « Mes enfants sont grands, mais quand même… ». Autres points négatifs : le stress, permanent, et le temps passé avant de se dire que c’est gagné : « On met des années avant que ça marche. Il faut tenir sur la durée, croire à son projet si l’on est persuadé qu’il est bon, être bien entouré, faire appel à des spécialistes parfois. »

Son truc en plus

Pascale a prévu de se décentraliser, ou du moins de proposer un service supplémentaire : hormis les séances organisées rue de Sully, elle va bientôt assurer des interventions dans les crèches et des lectures dans les bibliothèques de Tours. Le tout à sa manière bien sûr.

English for kids, 15 rue de Sully, 37000 Tours – 06 63 19 72 18 – www.english-for-kids.fr

(Visited 286 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.