Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Les Petites Mains ont du coeur

Outre-mer, des dizaines, des centaines de milliers d’animaux errants, des chiens surtout, divaguent sur l’espace public. À La Réunion, avant que la loi n’interdise leur présence sur les bateaux de pêcheurs, ils servaient même d’appâts pour les requins… C’est justement après une série de séjours sur cette perle de l’océan Indien que Wickie Hantz a fondé les Petites Mains bénévoles, association basée à Saran.

« Je suis bénévole dans la protection animale depuis 25 ans. Mais à chaque fois que j’ai séjourné à La Réunion (pour raisons familiales), j’ai été interpellée par la misère animale sur cette île qui compte 950 000 habitants… et 275 000 chiens errants. La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane sont pareilles, sans parler de Mayotte. » Wickie Hantz tie la sonnette d’alarme : outre-mer, la stérilisation des animaux ne se fait pas, et leur domesticité n’est pas une évidence comme en métropole ; peu de gens se penchent sur le cas des chiens, qui mènent leur triste vie dans l’indifférence quasi-générale. Ils sont « libres », d’accord, mais l’on pourrait gloser à l’envi sur la liberté et ses limites. Si c’est pour errer, se multiplier sans cesse, être maltraités, survivre en quête de nourriture dans les détritus, c’est intolérable. Et c’est bien pour cela que Mme Hantz a créé Les Petites Mains bénévoles il y a deux ans : « Il y a des assos sur place, mais elles sont livrées à elles-mêmes, elles ne bénéficient pas de subventions comme en métropole. Leur action revient à essayer de vider l’océan à la petite cuillère. »

Beaucoup à faire

Grâce aux dons de particuliers, aux produits de ventes ou de tombolas, ces associations font stériliser au mieux les animaux, en placent le plus possible dans des familles d’accueil pour les sociabiliser, organisent des acheminements en métropole où les refuges, la SPA, les feront adopter. Les Petites Mains bénévoles, rouage essentiel dans cette organisation, s’occupent d’apporter gratuitement du matériel à 25 organismes ultramarins et métropolitains chargés de cette besogne. Des laisses, des colliers, des paniers, neufs ou dont les gens ne se servent plus et qui peuvent être réutilisés. L’association saranaise, qui perçoit aussi des dons financiers pour fonctionner et pour aider les autres, récupère par ailleurs de la laine afin de tricoter des petits manteaux destinés aux toutous : « Les gens nous disent qu’il fait chaud sur les îles. C’est vrai, mais dans la soute de l’avion, il fait 15 °C, et à Roissy, l’hiver, il fait froid ! »

Une cinquantaine d’adhérent(e)s et une trentaine de bénévoles actifs, actives plutôt car ce sont essentiellement des femmes (de 11 à 95 ans), aident Mme Hantz dans sa mission qui n’est pas vaine : par exemple, entre 600 et 1 000 chiens réunionnais sont sauvés de la misère chaque année, 150 chats mahorais.

06 98 90 25 39 – www.lespetitesmainsbenevoles.fr

À noter : depuis peu, les Petites Mains bénévoles se déplacent dans les écoles et les centres de loisirs pour sensibiliser les enfants à la cause animale. Avec l’aide de miss Pays de Sologne, Océane Demouy.

Sébastien Drouet

(Visited 12 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.