Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Lila : voix off et chanteuse in…

lila-voix-off-chanteuse-in

lila-voix-off-chanteuse-inArtiste dans l’âme, Lila n’a jamais suivi de cours de chant ou de comédie. La recette de sa réussite ? Travailler. Rencontre avec une voix off qui a su tracer sa route.
Cette Orléanaise a fait ses premières voix sur Vibration, pour des spots radio, puis elle a pris de la hauteur. Ce fut la voix de Jeanne durant trois ans. C’était la voix de Lila qui, le soir de l’embrasement des tours, enveloppait la ville.

N’est-ce pas un peu frustrant d’être en off ?
Je suis derrière, on ne me voit pas, j’aime le mystère et la magie que cela provoque. La voix off m’a aidée à poser ma voix et à prendre de l’assurance. Quand je chante sur scène, c’est très complémentaire. Je suis fière d’avoir fait la première partie de James Brown pour Orléans Jazz en 1999.

Quelles sont les différences entre ces deux métiers ?
La voix off, c’est un texte que l’on découvre au dernier moment, on ne le travaille pas, il faut avoir un rapport profond avec lui de façon immédiate. La chanson, tu es dans une autre énergie, il faut aussi savoir exister sur scène.

Aujourd’hui tu es l’une des voix sur Arte, à quoi ressemble ta vie ?
J’avance doucement, mais cela fait 15 ans que je travaille avec acharnement, je n’ai jamais été pistonnée ! Je ne cours pas après la gloire, j’ai trouvé un équilibre entre ma vie à Orléans qui me donne une grande stabilité et mes déplacements à Paris et à Strasbourg pour les enregistrements pour Arte. Je me méfie des paillettes.

Quelle discipline de vie faut-il avoir pour faire ce métier ?
Je ne fume pas, pas de café, peu de sucre… Je fais attention à mon alimentation et je dors beaucoup, car quand on est fatigué, cela porte sur la voix. J’adore le bon vin et manger, je suis bio à fond !

Quel est ton registre de voix ?
En travaillant, on peut faire tous les registres, de l’ado rock à une petite voix pour dessin animé. Je n’ai plus envie de faire des voix haut perchées, pour des messages commerciaux. J’aime le ton de mes collaborations sur Arte et Radio France.

À quoi dirais-tu non ?
C’est une bonne question, je n’y ai jamais pensé. Aux causes politiques en général et évidemment aux messages racistes.

Des rêves, projets ?
J’ai commencé le doublage et j’aime faire passer des émotions. Et pourquoi pas un album perso avec des chansons originales et partir en tournée… Continuer à vivre de ma voix.

Mise en beauté Institut Anaé pour Clarins et coiffure Dom pour le salon Eight.

 

Bio express

1992, première TV, « la Chance aux chansons »
1993, début de la voix off, message d’attente (pour CGR réalisation)
1999, 1re partie de James Brown au Festival de Jazz d’Orléans
2001, création du duo « Initial SG », avec le pianiste Vincent Viala
2009, collabore avec Karl-Alex Steffen pour le second album
2011, travaille pour la chaîne Arte

(Visited 304 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.