Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Mais y a l’abeille !

À 29 ans, cet entrepreneur-né vient d’inventer Label Abeille, un système révolutionnaire de ruches connectées. Une innovation qu’il veut faire voyager loin…

 

Les jurés de la BPI ne s’y sont pas trompés. Début mai, ils ont récompensé Bertrand Laurentin de la première place régionale au concours de la création d’entreprise « technologies innovantes ». 45 000 € vont ainsi donner un coup d’accélérateur à un projet que ne renierait pas Einstein, à qui l’on a prêté cet aphorisme : « Si les abeilles disparaissaient, l’Homme n’aurait plus que quatre années sur la surface de la terre. » Préserver la reine Apis, donner un véritable coup de main à une filière apicole en plein désarroi, c’est un peu tout cela qui a poussé Bertrand Laurentin, Orléanais de longue date et président de la Webschool, à se lancer dans la fabrication de surprenantes ruches connectées. Dans les faits, le concept est simple : par le biais d’un boîtier « high-tech », un apiculteur peut connaître en temps réel l’activité des ruches dont il a la charge (masse, luminosité, température, maladies éventuelles…). Grâce à ce solide outillage, Bertrand Laurentin a pour ambition d’équiper plusieurs entreprises locales – et pas des moindres – avec son invention. « L’enjeu est noble, plaide-t-il. On est en plein dans le développement durable. »

Si l’on est notaire de père en fils dans sa famille, ce cavalier émérite, lui, s’est toujours senti l’âme entrepreneuriale. À 15 ans à peine, il échafaudait la conception d’un dispositif répulsif pour protéger les chevaux. Une idée qu’il concrétisa en créant, à 22 ans, sa propre société, laquelle mit trois ans plus tard la clé sous la porte, la faute, notamment, à un contexte économique peu favorable. Après quelques petits boulots, par ci, par là, et des formations complémentaires, Bertrand Laurentin a décidé de revenir plus fort et de croire en sa bonne étoile. Pour cela, il ne ménage pas ses efforts. Mais l’abeille est ouvrière, non ?

 

Sa citation

« Quand j’ai une idée en tête, je ne la lâche pas…. »

 

Son caractère…

« Je me considère comme quelqu’un de plutôt volcanique, pugnace et spontané. De l’ambition ? Il en faut raisonnablement. L’ambition est intéressante, parce qu’elle n’a pas de limites. »

 

Bougon, le garçon ?

« Non, je suis rarement de mauvaise humeur ; on me dit même plutôt que j’ai toujours le sourire. Mais bon, dernièrement, attendre le résultat du concours m’a quelque peu pesé. Ça m’a paru être une éternité… »

 

Une adresse à Orléans ?

« Je me rends souvent chez Maryse Grenet, une antiquaire de bijoux anciens, qui fait de très jolies bagues et qui s’est aussi spécialisée dans la gemmologie. Le pouvoir des pierres, c’est quelque chose qui me parle. »

 

 

S’aérer la tête…

« Quand j’ai besoin de décompresser, je me rends en pleine nature, retrouver mon cheval, ou je vais nager. J’ai un rapport assez fort avec les quatre éléments. »

 

Bio express

20/09/1985 naissance à Chambray-les-Tours (37)

2007 crée sa première entreprise, Galasco

Avril 2015 lancement de la campagne de comm’ Label Abeille

 

Hors du boulot…

« Forcément, un jour, je me vois marié, avec des enfants. C’est un peu bateau de dire ça, mais c’est vrai, je commence à y penser. Cela pourra se faire une fois que j’aurai, aussi, trouvé une certaine stabilité professionnelle… »

 

(Visited 784 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.