Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

On veut voir la vie en rose

Attentats, crash, massacres… Franchement, vous en connaissez, vous, des motifs de satisfaction depuis le début d’année ? S’il y a de rares éclaircies, elles sont aussitôt obscurcies par le flot incessant des mauvaises nouvelles. Au boulot, ce n’est pas toujours mieux, tandis que la maison n’est pas forcément un havre de paix. Alors, comment faire tomber la pression ? Comment retrouver une sérénité qui permet d’aller de l’avant ? Edith vous dit tout !

 

La vie trépidante, la « surconnexion » – puisqu’il faut être au courant de tout et tout le temps –, la peur du lendemain, du climat qui change, des menaces armées ou autres « joyeuses » perspectives, sont autant de facteurs qui aggravent un stress de plus en plus prégnant. Pour le calmer un tant soit peu, il suffi rait, sinon de presque rien, du moins d’un peu plus de temps pour soi, histoire de réunir ses idées avant de repartir de l’avant. Mais voilà : dans un récent sondage*, 32 % des personnes interrogées indiquent ne prendre qu’une pause de moins d’une demi-heure par jour, tandis que 11 % déclarent ne pas faire de pause du tout, faute de temps. D’ailleurs, pour 61 % des Français, peuple particulièrement accro aux tranquillisants, le travail représente la première source d’angoisse, aussitôt suivie par les finances personnelles, directement liées**. Enfin, signalons que pour les femmes, le stress est attribué à la fois à la vie professionnelle et personnelle ; manque de temps, double journée…*** Ne désespérons pas, les filles ! Pour se poser, respirer, et refaire le plein d’énergie, il existe différentes pistes à explorer. Edith vous en présente quelques-unes…

LE YOGA, POURQUOI PAS ?

Signe des temps, la yogamania bat son plein. Mais cette discipline peut-elle répondre à toutes vos demandes ?

POUR QUI? Première chose à savoir : il existe différents yogas, chacun correspondant à un type de public. Au final, chaque personne doit pouvoir trouver sa voie : les plus en forme se tourneront vers l’Ashtanga yoga, les plus rigoureuses vers l’Yyengar yoga, les plus toniques vers le Vinyasa yoga, et les plus cool vers le Yin yoga.

LES BÉNÉFICES: Pour trouver la zen attitude et atteindre un état méditatif, rien de tel que le Yin yoga, particulièrement adapté aux personnes insomniaques et stressées, qui ont besoin de lâcher prise, mais qui n’y arrivent pas. Le Yin yoga est là pour ça…

LE PLUS: Comme nous l’avons dit, le yoga est pluriel et convient donc à toutes les personnalités, celles en recherche de dépense physique comme celles qui demandent plus de calme, de méditation. Le Yin yoga fonctionne très bien dans ce dernier cas, puisqu’il invite à un relâchement musculaire et nerveux total.

ÉLOGE DE LA LENTEUR, ON ESSAIE !

Pour calmer la frénésie d’activités et de suractivité qui nous entoure, certains ont décidé de tirer sur le frein à main : on respire, on se pose, on fait tout à deux à l’heure (ou presque). Carl Honoré, par exemple, explique très bien tout cela dans son Éloge de la lenteur (Marabout)…

QUELS PRINCIPES? « Il s’agit de trouver un meilleur équilibre entre activité et repos, travail et temps libre, explique l’auteur dans l’Express. Chercher à vivre la bonne cadence, en allant vite lorsque notre activité l’exige et en se ménageant des pauses dès qu’on le peut. » Cette réfl exion sur la lenteur est directement liée à l’émergence, en Italie d’abord puis partout dans le monde, de la philosophie Slow Food, opposée à « fast food », et tournée vers une consommation de produits cultivés puis cuisinés, le tout de manière tranquille… Plus globalement, il s’agit aussi de tout faire moins vite, de conduire moins vite par exemple, et, quand cela est possible, de faire la sieste au travail. Quand cela est possible, avons-nous précisé. Mais certaines entreprises ont institué ou au minimum autorisé la sieste bienfaitrice…

POUR QUI? Inutile de souligner que cette lenteur n’est guère envisageable pour un grand nombre de personnes sur une longue durée, mais sans doute à essayer sur un week-end, ou pendant des vacances.

ON SE DÉCONNECTE

Si vous ne pouvez vous passer de vérifier votre boîte de réception de mails toutes les trente secondes, même au moment d’aller vous coucher, il est peut-être temps de faire quelque chose, non ?

POURQUOI? Parce qu’il y a danger ! Comme l’écrit Daniel Goleman dans Focus : The Hidden Driver of Excellence, « saturer notre attention réduit le contrôle de notre mental. Une vie immergée dans les distractions digitales entraîne une surcharge cognitive quasi constante. Une surcharge qui épuise notre maître de soi ». Pas très bon, tout ça…

POUR QUI? 30 % des Français pensent qu’ils feraient bien de moins surfer sur le web. Ce qui n’empêche pas 51 % des cadres de consulter leurs e-mails au lit ! Gare : le burn-out n’est peut-être plus très loin… COMMENT? S’il vous est diffi cile de vous déconnecter plusieurs jours, ou même toute une journée, pensez à vous réserver certaines plages horaires libres de toute connexion, le matin, le soir, plusieurs fois par semaine, au moins une journée. Votre capacité de concentration n’en sera que meilleure. Et votre cerveau beaucoup plus reposé ! Et si vraiment c’est trop compliqué, il vous reste les stages de « digital detox », pour apprendre à débrancher : « Massages, bains relaxants et séances de sophrologie pour vivre sans son téléphone portable », promettent les publicités…

LA «PLEINE CONSCIENCE», WHY NOT?

Introduite en France par le psychiatre Christophe André, il s’agit d’une méditation d’origine bouddhiste, défi nie par Jon Kabat- Zinn.

LE PRINCIPE: La « pleine conscience » consiste à s’arrêter et à prendre conscience de ce qui se passe en soi et hors de soi. Quelques techniques permettent d’y parvenir afin de trouver la paix intérieure.

POUR QUI? Tout le monde. C’est un cheminement individuel, qui ne nécessite rien d’autre que de la concentration.

COMMENT? Première étape : commencer la journée par une assise silencieuse, pour être à l’écoute de son être et de son environnement. Deuxième étape : accepter, tout au long de la journée, de ressentir ses émotions, mais en les diluant dans ce qui nous entoure. Enfin, étendre cette pleine conscience à tous les événements de la journée, de la vie. « Quand vous faites la vaisselle, soyez attentive à la façon dont vous rendez les assiettes propres, au chatoiement de la lumière dans la mousse, à la sensation d’eau chaude ou froide. Pareil quand vous pelez les légumes : soyez pleinement attentive à la carotte ou à la pomme de terre que vous épluchez, écoutez le crissement du grattoir sur la pulpe, ressentez la légère bruine de la sève sur votre visage », invite Christophe André (sur le site www.cles.com). C’est, paraît-il, la voie du bonheur…

* Harris Interactive pour la Fédération Française de Massages-Bien-être (FFMBE), novembre 2014. **Étude Regus, septembre 2012. *** Enquête ANACT/CSA, juin 2009.

+ d’info

SOPHROLOGIE OU AROMATHÉRAPIE ?

Dans le domaine des médecines douces et apaisantes, là encore, l’éventail est large et permet de satisfaire tout le monde : sophrologie, eutonie, réflexologie, naturopathie, aromathérapie… Sans médicaments, avec des produits parfois, comme les huiles essentielles (mais attention aux effets indésirables cependant), des manipulations légères ou des séances d’hypnose, vous retrouverez au minimum des sensations d’apaisement, au mieux une vraie sérénité. Sachant que tout cela fonctionne encore mieux si l’hygiène de vie est impeccable : pas de cigarettes, pas d’alcool, pas de café, une nourriture saine et équilibrée, bio si vous voulez – même si ce n’est pas la panacée, au moins cela contribuera-t-il à préserver l’environnement, et donc à vous sentir mieux, plus équilibrée – sans régime trop strict, avec une bonne dose de sport, et surtout du sommeil !

UNE BONNE DOSE D’ENDORPHINES

Elles inhibent la sensation de douleur, redonnent le moral et nous motivent à bouger notre corps et à y prendre du plaisir. « Elles » ? Ce sont les endorphines et les enképhalines, les hormones produites pendant les séances de sport au niveau de l’hypothalamus et de l’hypophyse, avant de se diffuser dans tout le système nerveux central. Bye-bye le stress et l’anxiété ! Mais attention : pour les secréter, il s’agit de se donner à fond, principalement dans les sports d’endurance, pendant au moins une demi-heure, et régulièrement. De toute façon, on y prend rapidement goût. Une excellente drogue, en somme…

Témoignages

L’avis de la pro, Christine Léon-Guérin, psychologue et psychothérapeute à Orléans

« Les causes de stress se sont multipliées ces dernières années. C’est souvent ce que les personnes vivent au travail qui vient en premier dans les plaintes. Par stress professionnel, il ne faut pas seulement entendre le harcèlement au travail, mais aussi les innovations technologiques constantes, la compression de personnel, les portables pro et mails professionnels qui envahissent le domicile et qui amènent à toujours faire plus, à des rythmes insensés, à faire en «urgence». Une cause de stress moins exprimée mais néanmoins réelle : les incertitudes et menaces liées à l’actualité diffusée par les médias ; l’insécurité économique, la montée du terrorisme, les catastrophes, les risques écologiques. Il y a enfin l’insécurité due au chacun pour soi. Stress et anxiété affectent la santé physique. Nous savons que lorsque nous sommes stressés, nous produisons une hormone, le cortisol, qui détruit le système immunitaire. Le stress a des répercussions négatives sur la santé et le bien-être. Les symptômes qui apparaissent d’abord sont des tensions musculaires, une anxiété, une déprime, de l’hypertension, des troubles gastro-intestinaux, de l’insomnie et un affaiblissement du système immunitaire pouvant accélérer le déclenchement de maladies cardiovasculaires, cancers… Pour retrouver de la sérénité, il faut se relaxer, il faut plus de calme. Avec quelles méthodes ? Tout d’abord, celles qui permettent de mieux gérer le stress : la méditation pleine conscience, qui aide à mieux identifier les effets du stress sur l’organisme et à adopter une réponse plus efficace. Mais aussi la cohérence cardiaque : il faut simplement pratiquer 6 expirations et 6 inspirations (de 5 secondes chacune) par minute et faire cela pendant 5 minutes 3 fois par jour. Des applis de cohérence cardiaque sur internet peuvent aider. Citons aussi le yoga, qui agit sur le bien- être physique, émotionnel et mental, et permet au corps de fonctionner mieux, de récupérer plus vite. Il y a encore la sophrologie, une technique thérapeutique efficace pour faire diminuer le stress ; elle amène à un lâcher-prise de la personne, facilitant la venue d’images mentales. Je veux enfin citer la psychologie positive, la science du bonheur, à découvrir à travers les livres de Florence Servan-Schreiber qui propose des idées, des conseils, des exercices pour voir les choses avec optimisme : 3 kifs par jour et Power patate. »

Magali a opté pour la sophro

 « Je pratique depuis deux ans, au sein d’un petit groupe, à Cléry-Saint-André. Nous procédons en plusieurs phases : d’abord, chacun s’exprime sur son ressenti, avant la méditation à proprement parler : on ferme les yeux, on crée des images dans lesquelles on se projette. Ce sont généralement des situations que nous expose la sophrologue. On s’imagine être au bord d’une rivière par exemple, ou au milieu d’autres paysages apaisants. La détente se produit vraiment à partir de plusieurs séances, quand on a l’habitude. Le corps réagit, on baille, on se détend vraiment et ça se prolonge quelque temps, quelques jours parfois ; tout dépend de l’état de stress dans lequel on arrive à la séance… Pour ma part, je suis très stressée de nature, j’ai du mal à me poser, et ma fi lle aussi. La sophrologie me convient très bien, car je ne suis pas vraiment sportive. Or, le yoga, par exemple, est un peu trop physique. Un autre moyen pour moi de retrouver de la sérénité, c’est le massage, chez une praticienne. Je me sens aussi bien qu’après la sophrologie, mais c’est une détente plus physique dans ce cas. Rien que le fait d’y penser me détend ! »

(Visited 379 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.