fbpx

Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Salon des chocolatiers : 
c’est Lise qui l’a fait !

Fondue de chocolat et créatrice du premier salon des chocolatiers à genève, lise bonnaire-luka, orléanaise et suisse pratiquante, nous raconte son aventure.

 

De formation scientifique, spécialisée dans l’évaluation sensorielle et la perception gustative, Lise avait déjà quelques atouts pour explorer l’univers du chocolat. Après un mariage qui l’a convertie à la Suisse et deux beaux garçons, elle donne naissance à son premier salon des Chocolatiers en 2011 et crée le club des « Mordus de chocolat ».

 

Pourquoi avoir créé le salon des chocolatiers et pas celui du chocolat ?

Je voulais mettre en valeur le métier de chocolatier, sa créativité, son savoir-faire. Ce salon vise l’excellence et n’a pas pour but d’être commercial. Ce n’est pas du chocolat spectacle mais de l’orfèvrerie. On y rencontre les meilleurs artisans chocolatiers internationaux.

Depuis combien de temps aviez-vous l’idée de célébrer les chocolatiers ?

L’idée me trottait dans la tête depuis 2004. Mes recherches et mon étude de marché ont commencé à cette époque. Très vite je me suis aperçue que l’idée d’un tel salon en Suisse était sur les lèvres de nombreuses personnes. J’ai voulu comprendre pourquoi ces tentatives n’avaient pas abouti. Il fallait fédérer les chocolatiers, entrer en contact avec eux, les connaître et les reconnaître ! Ce que j’ai entrepris dès 2005. Fin 2008, j’ai quitté mon travail de chargée de communication pour me consacrer à ce projet.

Et pourquoi à Genève ?

Genève et sa région concentrent les meilleurs artisans chocolatiers : une chance ! Faire ce salon ici s’imposait, surtout que Genève jouit également d’une réputation internationale. Lise est mariée à un Genevois (NDLR).

Combien de temps et de personnes vous faut-il pour préparer ce salon ?

Il me faudrait quinze mois dans une année pour le préparer sereinement ! Je suis seule dans l’entreprise, mais je me suis entourée d’un comité de sept à neuf personnes. Nous avons créé le Prix de Genève qui récompense le meilleur chocolatier du salon. L’arômeland est un espace où les visiteurs peuvent sentir et goûter les saveurs retrouvées dans le chocolat ; des bénévoles issus des «Mordus de chocolat» en assurent la coordination et la logistique, et mon mari, qui s’est pris au «jeu», est également de plus en plus impliqué.

Quels sont les moments forts du salon cette année ?

Une grande première : nous nous ferons livrer des cabosses fraîches que nous ouvrirons devant les visiteurs pour en extraire les fèves entourées de leur mucilage, avant de les faire déguster. Du jamais fait !


Infos pratiques
Salon international des chocolatiers et du Chocolat
Du 26 au 28 octobre 2012
Bâtiment des Forces Motrices – Genève
www.salonchocolatiers.com

(Visited 327 times, 1 visits today)
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\'Edith Magazine.