Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Stéphanie Hamelin femme d’esprit

Stéphanie a créé Esprit Sushi en 2008, avec deux associés. Si l’activité première de l’entreprise est de produire des machines à sushis, elle a étoffé son offre en mettant sur pied des kiosques, puis des restaurants, investissant même la place, laissée jusque-là vacante par les franchises, des burgers de qualité…

 

Son parcours

Originaire de La Membrolle-sur-Choisille, Stéphanie Hamelin obtient un DUT techniques de commercialisation avant de travailler chez Air Liberté TAT, puis d’entrer dans le groupe Prontophot en tant qu’assistante juridique. « Je m’occupais des litiges amiables, se rappelle-t-elle aujourd’hui. J’ai passé une licence en droit dans le cadre d’une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), avant d’être juriste, toujours chez Prontophot. »

 

Le déclic

« J’étais au Japon pour un séminaire, raconte Stéphanie, quand j’ai vu, lors d’un buffet, une machine qui fabriquait des sushi devant les gens. Le sushis commençait à être en vogue en France à l’époque… À mon retour, je suis allée, avec deux associés, voir un dessinateur industriel pour faire des machines comme au Japon, mais à notre idée. J’ai alors effectué les dépôts auprès de l’INPI. » Elle quitte son emploi de juriste pour tenter l’aventure entrepreneuriale. Après la machine à sushis, l’entreprise de Fondettes diversifie son offre en implantant des points de vente de sushis (45 restaurants en France et 30 à l’export), en commercialisant, dès 2009, des machines auprès des restaurants (250 corners aujourd’hui), en installant des kiosques à sushis dans les galeries marchandes, en développant une enseigne de burgers de qualité (Beauty Burger), et enfin en créant des corners de burgers, glaces et gaufres.

 

Les obstacles

« 2008, ce n’était pas le meilleur moment pour créer une entreprise, sourit Stéphanie. Une seule banque nous a suivis au départ, une seule ! » Il a fallu faire avec, adapter le modèle…

 

Les aides

C’est le soutien apporté par la Banque Publique d’Investissement de Tours que Stéphanie cite en premier, l’organisme ayant attribué à Esprit Sushi son prix d’excellence : « C’est un gage de sérieux, de santé et de bien-être d’une entreprise vis-à-vis des banques et des clients. Cela nous a beaucoup aidés pour les prêts d’innovation et de développement. » Le conseil régional a lui aussi joué un rôle capital et tout aussi important : « C’est grâce aux gens qui, au sein de cette institution, aident au financement des entreprises, que nous avons pu nous développer. »

 

Bio express

2008 : Stéphanie et ses associés dessinent le schéma de leur entreprise sur une nappe en papier, à la Baule !

2009 : premier client installé en corner

2014 : ouverture du Beauty Burger aux Halles à Tours

 

Les +

« C’est très gratifiant, nous partageons beaucoup de plaisir avec nos 22 salariés et l’ensemble de nos clients. »

Les –

« C’est la décision, parfois, de réduire les effectifs en raison des aléas du marché. C’est un moment douloureux, très dur sur le plan humain. Par ailleurs, je dirais qu’il est difficile d’entreprendre en France. Il y a trop de freins. Nous souhaiterions avoir plus d’outils pour entreprendre, nous permettant ainsi de recruter davantage. »

 

www.espritsushi.com

(Visited 1 227 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.