Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Top 5… Enfin, façon de parler

Parmi le florilège des nouvelles expressions, en voici quelques-unes qui tiennent le haut du pavé et font écho à beaucoup de nos conversations.

“Être là physiquement pour de vrai, pas pour du beurre”

VACCINOSCEPTIQUE : Alors là, parole de chien, je croyais que depuis Pasteur, nul ne pouvait douter de la légitimité d’un vaccin en cas d’épidémie. On dirait que si pourtant. Mais alors, qui est vaccinosceptique ? J’entends ici et là les séniors s’apostropher, « Première dose ou deuxième ??? », un peu comme il y a des décennies ils se demandaient : « T’as eu ton oral ? T’as eu ton écrit ? (Ou pour ceux déjà touchés) Tu vas quand au rattrapage ? » Et si l’on prête un peu l’oreille, le sens du terme est plus compliqué car il s’agirait en fait d’Astrasceptique, de Modernasceptique ou de Pfizerophile (à retenir pour le prochain Scrabble). Non, les vaccinosceptiques sont ceux qui font une confiance absolue en leur système immunitaire, qui considèrent que le remède est pire que le mal. Peut-être à raison, mais dans ce cas, il faut revoir l’appellation : ce sont des IMMUNO-ÉGOS ou plus simplement des VACCINOPHOBES.

GREENWASHING : « Laver avec du vert », depuis que les entreprises et les collectivités sont en quête de vertus nouvelles, tout le monde recherche une utilité citoyenne. La plus sincère et plus honnête possible. Un des principaux ressorts de cette nouvelle attitude est bien sur le respect de l’environnement. Chacun apporte sa pierre à l’édifice en recyclant des emballages ou en éradiquant leur plastique, en plantant des arbres, en créant des ruches pour les abeilles, etc.

Si la démarche est noble, certains doutent de la sincérité des intervenants ; c’est là qu’il sont taxés de greenwashing. En clair, de faux culs ou de joueurs de pipeau. Là où le bât blesse, c’est qu’il n’y a pas de tribunal compétent pour juger de la légitimité d’autrui. Quelle est la part de citoyenneté, d’intérêt commercial ou politique ? Bien malin qui peut en extraire la vraie motivation et la classer par famille. Alors, réalité ou posture, faisons fi des juges en culottes courtes, prenons tout car il y a urgence, semble-t-il.

PRÉSENTIEL : Un terme omniprésent depuis un an. Il semble clair à priori, cela signifie le fait d’être là. Honorer autrui de sa présence, prendre place, prendre sa place. C’est une action sociale indispensable, qui répond aux besoins les plus rudimentaires d’une culture grégaire. Faire partie intégrante d’une équipe, d’une bande ou d’une famille. Être là physiquement pour de vrai, pas pour du beurre. Mais finalement, c’est bien moins simple qu’il n’y paraît car on ne peut pas être là tout le temps, on ne peut pas non plus être à plusieurs endroits à la fois, on ne peut pas toujours mélanger les affinités.

Pour effacer ce don d’ubiquité qui nous fait tant défaut, il existe désormais la toile, on se mail, on se twitt, on tik tok ou on facebook, bref on est encore plus là qu’avant, la bande s’agrandit, on peut même avoir des millions de followers, avec une amplitude horaire sans limite. On crée des liens. Là où l’affaire se corse, c’est que la plus extraordinaire façon d’être là se nomme le DISTANCIEL.

DISTANCIEL : Cf. définition précédente et inverser les valeurs.

EN MÊME TEMPS : Formule ajoutée après l’expression d’une théorie, pour y aborder un point de vue contraire. Il faut faire comme ceci même si en même temps on risque cela. C’est manifestement l’expression d’un doute qui se cache dans l’ombre des nouvelles solutions. Autrefois, une solution était une solution, point barre. Aujourd’hui, on anticipe la réaction de ses opposants, en accompagnant notre vision d’un complément contraire. Est-ce de l’empathie, est-ce de l’humilité ou est-ce l’aveu que les problèmes sont devenus plus musclés que leur solution ? On a l’impression que les emmerdements ont trouvé refuge à l’intérieur de poupées russes, bénéficiant ainsi d’un fort pouvoir de régénération. Il existe cependant une parade à cela, quand il y a trop « D’EN MÊME TEMPS », n’hésitons pas à faire « UN PAS DE CȎTÉ ».

JE T’AIME : Ok c’est pas nouveau, peut-être un poil ringard, mais c’est un petit bonus à ajouter à cet empirique top 5, afin que cette expression ne se démode jamais !!!

 

(Visited 23 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.