Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Vincent Alran, l’hymne aux femmes libérées

Depuis le temps que Vincent Alran vient s’exposer chez nous, il est presque Orléanais : tout d’abord à la Galerie de Gil Bastide, et l’année dernière au Théâtre d’Orléans. Ses œuvres sont accrochées sur quelques murs orléanais.

“Elles ne sont pas futiles, mais décidées à écarter toute embûche”

 Parlez-nous de vos sources d’inspiration, de vos influences…

Mes influences vont de Rauschenberg à Gruau en passant par Matisse, la Dolce Vita de Fellini, tout ça sur un fond musical allant de Bach aux Rolling Stones…

Dites-nous en un peu plus sur cette toile sur laquelle vous avez écrit : « Je vous préviens… Je vais vous en faire voir de toutes les couleurs »…
Cette grande et magnifique toile qui, j’espère, vous fait sourire, c’est une promesse, une promesse ou un avertissement, au choix. Je préfère la première hypothèse.

Sur beaucoup de vos toiles, le modèle a une cigarette. Pourtant, ce n’est plus tendance. Quand passez-vous à la cigarette électronique ? 

Mes femmes fument parce qu’elles sont libres et hors du temps. Elles adorent le champagne, le soleil sur leur peau, elles ne sont pas futiles, mais décidées à écarter toute embûche.

Vous jouez souvent avec la nudité, c’est par provocation ? 

La nudité n’est pas une provocation, mais un hommage, à la statuaire grecque et à une époque où nos « copines » étaient comme nous, topless, au bord de la piscine, sans que cela ne provoque de mouvements de foule.

 L’émancipation des femmes, le féminisme, cela évoque quoi pour vous ?

L’émancipation des femmes doit être souriante et ferme. En 2021 et depuis bien longtemps, la hiérarchie n’existe que dans des milieux archaïques.

“Je vous préviens” – Huile sur toile – 130x195cm

Bio de l’artiste : né à Avignon en 1964, Vincent Alran a installé son atelier au pied de la Butte Montmartre. Lauréat en 1987 de l’Exposition européenne de Nîmes (achat d’une œuvre par le musée d’art contemporain de la ville), après des études d’arts plastiques à Aix-en-Provence, il a été sollicité dès le début de sa carrière par le monde de la presse en tant qu’affichiste et illustrateur. Libération, Le Monde, Marie-Claire, Vogue Homme, Pariscope… Affiches pour le ministère de la culture : Semaines de la chanson, Grande Halle de la Villette, Bastille day à Central Park…

Marie-Zélie Cupillard

 

 

(Visited 18 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.