Française Salote, du bout du monde

20130711_23

Jeune maman de 31 ans, Salote aime les fleurs de tiaré et le parfum du monoï. Rien de plus normal quand on vient d’une île française située en Océanie polynésienne. Ce qui lui manque le plus ? La mer et le sable, bien sûr !

 

Pour quelle raison êtes-vous venue à Orléans ?

Je suis originaire des îles Wallis et Futuna, c’est le territoire français le plus éloigné de la Métropole, situé à environ 22 000 km d’ici. Il faut faire 25 heures d’avion pour rallier Wallis à Paris…  Mon mari est militaire. Lorsqu’il a été muté au 12e Régiment de Cuirassiers, je l’ai suivi. C’est comme cela que nous sommes arrivés, il y a 8 ans, en 2005 à Orléans.

 

Qu’avez-vous ressenti en arrivant ici ? 

Je me suis sentie un peu dépaysée, malgré mes cinq premières années passées à Montpellier. Les Orléanais m’ont paru moins accueillants que dans le Sud et encore moins que chez moi où tout le monde se dit bonjour et où l’on paraît tous se connaître.

 

Qu’est-ce que vous préférez à Orléans ?

Orléans est une grande ville, belle et propre ! Et on est très proche de Paris.

En revanche, ce qui me plait moins, c’est le temps tellement changeant ! Il peut faire très beau en matinée et d’un coup très nuageux. C’est à ne plus savoir comment s’habiller…

 

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

Sans hésiter : la mer, le sable !

 

Trouvez-vous les produits nécessaires pour cuisinier des spécialités ?

Je trouve mes produits au magasin « Grand frais » ou au magasin chinois à Saran, en face de Picard. Nous faisons des bamis à base de poulet, légumes, vermicelles de soja. Nous mangeons aussi de l’igname, du taro, du poisson cuit au lait de coco ou du poisson cru, lorsque l’on trouve du bon poisson frais, généralement du thon rouge, ou plus simplement un petit barbecue avec une petite marinade et une sauce faite maison au kikkoman.

 

Comment voyez-vous votre avenir ici ?

En toute sincérité, je ne me vois pas passer toute ma vie à Orléans. Je me vois plutôt repartir à Wallis ou en Nouvelle Calédonie comme professeur de mathématiques au collège ou au lycée.

 

Ses lieux préférés 

• Le parc floral : Salote y retrouve des arbres de chez elle qu’elle montre à ses enfants (6, 4 ans et 10 mois)

• Le jardin des plantes

• Les Balnéades