Vraiment Aphrodisiaque,
le gingembre ?

© Brent Hofacker - Fotolia

On l’adore ou on le déteste, mais il ne laisse personne indifférent. Tandis que la saint-Valentin approche, déshabillons un peu le gingembre, une plante vivace pleine de surprises…

Quelle réputation !

On approprie beaucoup de bonnes choses au gingembre. Certaines sont justifiées, d’autres sont venues au cours des siècles se greffer à sa légende. Le gingembre serait en effet cultivé depuis de longues, longues années en Asie, et aurait atterri dans nos contrées européennes un siècle avant notre ère. On commence à en parler dans les écrits aux alentours du XIIIe siècle, et en des termes pas toujours flatteurs. Au Moyen Âge, on disait même qu’il rendait les hommes « stupides, ignorants et lascifs ». Rien que ça !

 

Parangon de vertus

En Asie, le gingembre est utilisé depuis des lustres dans la médecine. D’accord, il est loin d’être un remède miracle à tous les maux, mais on est pourtant sûr qu’il est très utile aux femmes enceintes et à tous ceux qui ont le mal des transports. Le rapport ? Le gingembre s’apparente à un anti-vomitif ! Il possède aussi des propriétés anti-inflammatoires, et aurait également un fort potentiel anti-cancer. Enfin, parmi les autres casquettes dont on l’affuble, il pourrait aussi traiter partiellement l’asthme et les… hémorroïdes. Et tout ça dans un rhizome qui contient, à la base, près de 60 % d’amidon !

 

Aphrodisiaque ou pas ?

Évidemment, c’est LA grande image que l’on colle au front du gingembre qui n’a pourtant rien demandé… Alors oui, des écrivains et pas des moindres (Pline l’Ancien notamment) ont contribué à en faire l’une des plantes les plus coquines de l’Histoire. On va en décevoir plus d’une, mais cette réputation ne vaut pas tripette, tous les professionnels de la santé s’accordent sur le sujet. Non mesdames, le gingembre n’a aucun effet sur l’érection de Monsieur. D’un autre côté, cela signifie que si votre homme est particulièrement en forme, c’est SEULEMENT grâce à l’effet que vous lui faites, et non pas parce qu’il vient de s’enfiler un demi-kilo d’orangettes au gingembre en guise de dessert.

 

Comment le manger ?

Le gingembre, c’est fort, très fort, et tout le monde ne supporte pas son goût prononcé. Si, dans les restaurants japonais, vous ne l’aimez pas tel qu’il est présenté, c’est-à-dire mariné, vous pouvez le déguster râpé ou haché, mais aussi confit ou cristallisé, et enfin séché et moulu. Il sert alors d’épice idéale à l’accompagnement d’un gâteau au chocolat, par exemple. Et puis, il y a plein d’autres façons de s’en délecter : en thé, en huile, et même en alcool.

 

ça se garde ?

S’il est frais (pour le vérifier, sentez-le : comme le melon, il doit avoir une odeur) lorsque vous l’achetez, le rhizome de gingembre peut se conserver environ deux mois au réfrigérateur. Vous pouvez aussi le mettre plusieurs mois au congélateur si vous devenez brusquement « gingembrophile » !

à découvrir:

Le gingembre peut s’acheter dans n’importe quelle grande surface.
Mais vous pouvez aussi le découvrir sous d’autres coutures :

en orangettes :  des aiguillettes de gingembre confit enrobées de chocolat au lait.
Aux Palets Or, au 15, rue Bannier à Orléans.

en rhum :  des « macérations » aromatisées à boire cul sec ou plus lentement,
mais avec modération, bien entendu.
Au bar Key West au 208 rue de Bourgogne, à Orléans.