Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Quand Gaëlle peint…

C’est sans doute la belle énergie, l’explosion de couleurs de ses tableaux postés sur Instagram, qui m’ont tapé dans l’œil. Et puis il y a aussi de jolies photos de nature, de paysages… Alors j’ai voulu en savoir plus sur Gaëlle Wagner.

Nous ne nous étions jamais rencontrées, pourtant il y a quatre ans Gaëlle avait posé pour les pages mode d’Edith. Elle me reçoit chez elle, à deux pas des bords de Loire. Son appartement ressemble à celui d’une chineuse, fan des années 70. Gaëlle vient de l’Est de la France, c’est à Strasbourg qu’elle va suivre ses premiers cours du soir de peinture « au collège, j’avais une appétence pour les arts plastiques ». Quand elle accepte de suivre son compagnon et de s’installer à Orléans il y a 9 ans, elle va poursuivre les cours de l’ESAD, « j’étais contente de voir autre chose, la Loire, les platanes, la nature m’inspire d’un point de vue chromatique ». La jeune femme aime travailler les grands formats, elle reste dans l’abstrait, « c’est une forme de lâcher-prise, j’exprime des choses plus personnelles et je ne suis pas dans l’intellectualisation de mon œuvre ». Elle peint souvent à plat en utilisant la technique du dripping ou en faisant des collages. Plus récemment, elle a récupéré des panneaux en polystyrène, il fond avec l’utilisation des aérosols ce qui crée de la matière. « Je fais mes œuvres pour qu’elles circulent ». Gaëlle expose et vend ses tableaux, dans la galerie Zee Art à Strasbourg, mais aussi à l’hôtel de ville de Blois, ou encore à Paris au ministère des Finances. Ah oui ! J’oubliais, quand elle ne manie pas le pinceau, Gaëlle travaille pour l’administration fiscale, elle est presque gênée de l’avouer tellement c’est mal perçu, mais elle précise qu’elle n’effectue pas de contrôle : « j’avais envie de m’engager, le service public correspond à ma contribution dans la société ».

Son compte Instagram : gaelle_wagner_


Marie-Zélie Cupillard

(Visited 10 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.